Bienvenue

QUI  SOMMES – NOUS ?

 

Rouville est une commune située dans le département de l’Oise, en Picardie ( Hauts de France) ; elle appartient à l’arrondissement de Senlis, au canton de Nanteuil ainsi qu’à la communauté de communes du Pays de Valois.

 

Rouville est située sur le GR 11 et est très prisée des randonneurs. Elle dépend par ailleurs du site NATURA 2000 qui permet la préservation de la faune et de la flore : Le bois du Roi répertorié  Natura 2000 est classé Zone de Protection Spéciale depuis avril 2006, en relation avec l’ensemble des forêts Picardes d’importance communautaire, que sont les massifs de Chantilly, d’Halatte et d’ Ermenonville. Son intérêt spécifique de très haute valeur patrimoniale réside surtout dans l’avifaune forestière ; notamment représentée par  des rapaces, le pic noir et le  Pic-mar, le Martin pécheur et l’Engoulevent d’Europe.

 

Source : natura2000.environnement.gouv.fr/sites/FR2212005.html

 (voir le site : www.parc-oise-paysdefrance.fr )

 

 

Elle se trouve par ailleurs à 3 kms de Crépy en Valois et à proximité de la forêt, en cul de sac.

Elle se caractérise enfin  par la culture de gazonnières.

 

Sa superficie  est de 6,9 km2 .

 

Son nombre d’habitants n’a cessé d’évoluer :

248 habitants en 1990

267 habitants en 1999

334 habitants en 2008

279 habitants en 2015

 

Son église dédiée à Saint- Fuscien possède un très beau retable. De beaux vitraux ornent depuis peu son chœur grâce au mécénat de Monsieur et Madame Lécailler.

 

Son école appartient au SIVOS qui unit Ormoy- Villers , Duvy et  Rouville. Le professeur des écoles en charge de la classe est Madame Desplanches. Elle accueille les élèves en CM1 et  en CM2. 

 

Les communes voisines :

  • Crépy-en-Valois ~ 3 km
  • Ormoy-Villers ~ 4 km
  • Duvy ~ 4 km
  • Boissy-Fresnoy ~ 5 km
  • Lévignen ~ 5 km
  • Séry-Magneval ~ 6 km
  • Péroy-les-Gombries ~ 6 km
  • Auger-Saint-Vincent ~ 7 km
  • Glaignes ~ 7 km
  • Rocquemont ~ 8 km
  • Béthancourt-en-Valois ~ 8 km
  • Villers-Saint-Genest ~ 8 km
  • Trumilly ~ 9 km
  • Feigneux ~ 9 km
  • Gondreville ~ 9 km

Les festivités 2016

 

DIMANCHE 04 SEPTEMBRE : PIQUE-NIQUE

 

DIMANCHE 02 OCTOBRE : 35 CLOCHERS

 

SAMEDI 10 DECEMBRE : ARBRE DE NOEL

 

DIMANCHE 18 DECEMBRE : COLIS DES AINES

 

 

 

Patrimoine

L’histoire de Rouville

 Rouville est une commune très ancienne. Le nom se rencontre dès 1555, on trouve en 1516 Raouville, en 1215 Raoulville, en 1208 Radulphivilla et en 1200 Radulphivillia. L’origine est le prénom germain Radulf, qui a donné Raoul, porté par le comte de Crépy en Valois au 9eme siècle.

Tout paraît indiquer que le village fut au Moyen Age beaucoup plus important qu’il n’y paraît. En 1215, Philippe Auguste échangea des Dîmes de Rouville avec Cuéri, évêque de Senlis, auquel il céda tous ses droits sur la Collégiale Saint Thomas de Crépy en Valois.

La Seigneurie appartenait à l’abbaye du Parc aux Dames et relevait du Château de Vaumoise.

 

De notre  petite église, nous retrouvons lorsque l’on entre dans le cimetière, des traces de fondation, preuve qu’elle fut en son temps, un édifice beaucoup plus vaste. Le clocher et la nef ayant été démolis, il ne reste donc que  le chœur, haute construction polygonale du 16eme siècle, à fenêtres divisées en deux ou trois petites ogives. On remarque sur l’autel une très belle Passion dont les personnages sont sculptés dans la pierre, l’un des plus beaux retables de France. La cure est dédiée à Saint- Fuscien, d’où le nom d’église Saint- Fuscien.

L’église contenait trois statuettes du 16eme siècle, mais étant donné les nombreux vols dans les églises, le conseil municipal a décidé de les laisser en dépôt au musée d’art sacré de Crépy en Valois. Il s’agit d’une vierge à l’enfant, d’une Piéta et d’un Saint Sébastien.

 

Le plus ancien seigneur de Rouville dont nous ayons la trace est Louis de Gougeul de Rouville au 14ème siècle. Ses armoiries étaient d’argent au lion d’azur, armé et lampasse de gueules, chargé de fleurs de lys d’or sur l’épaule gauche.

En 1530, les terres appartenaient à Christophine de Béthisy. Les habitants eurent droit au pâturage des bestiaux, dans le bois tout proche qui appartenait aux religieuses du parc aux Dames, mais un litige s’éleva et en 1758 les habitants firent un procès à ces religieuses devant le tribunal du Roi.

 

Sources : Madame Albert CALLENS

 

                Journal de Rouville N°3 année 2002